|

11.08 mile 2347,1 à 2373,5

Le plan a été scrupuleusement respecté ce jour, il est possible de voir le dénivelé que nous avons fait aujourd’hui ce n’est pas énorme mais quand même… surtout quand on termine toutes ces montées sur la fin du parcours.

Tout a commencé ce matin par un lever de soleil un peu particulier car il n’y avait qu’une fine frange à l’horizon qui laissait passer le soleil et encore ce n’est que quelques rayons.

Ensuite je reprends le chemin et arrive sur une section qui a été largement arrangée par les équipes de volontaires.

J’arrive à Mike Urich cabine qui est un refuge ouvert à tous et géré par le club alpin de l’état de Washington. Bon là c’est plein de personnes qui ne sont pas des marcheurs car il y a une piste pas très loin.

La prairie est vraiment splendide à ce niveau et je comprends que les gens viennent se ressourcer ici.

Ensuite de nouveau montée mais très régulière donc plaisante

Le soleil arrive plus tard quand je traverse une zone de forêt brûlée.

Ils exploitent les forêts au câble comme cela est visible sur la deuxième photo et ils font des coupes rases.

La vue se dégage d’abord du fait du soleil mais aussi je sors de la forêt et cela donne de très beaux points de vue.

Vue sur le vallée en face de moi.

Le soleil pénètre dans la forêt et met du baume au cœur pour avancer et il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui c’est un marathon…. avec 1700 m de dénivelé.

Aujourd’hui nous n’avions pas beaucoup de sources mais celle-ci était particulièrement agréable et propre.

Enfin une vue du mont Rainier complète, ouf je l’ai eu…

Un dernier col avant de continuer à monter, mais ici les couleurs des fleurs se mélangent aux couleurs des baies.

Animaux rencontrés

Chipmunk au milieu du chemin

Un faon deer qui ne m’avait pas vu était en train de remonter vers moi et quand il m’a vu il s’arrête m’observe et repart

Pas de dédicace pour celui-là mais un peu plus je lui marchais dessus.

Ce soir je me suis retrouvé avec des marques rouge sur les mains..

Ce ne sont pas des myrtilles mais des baies (note de la correctrice : des hucklebery : des airelles) de la même famille et ayant un goût identique. C’est une discussion avec des indiens cueilleurs qui me l’on expliqué.

Je partage ma récolte en deux moitiés sur une tortilla avec Nutella et l’autre pour demain matin avec mon Oatmeal.

A lire également

4 Commentaires

  1. Ho tu m’inquiète avec ton gloubiboulgua il est temps que tu rentres pour reprendre des bases saines.🤮😄

    1. L’énergie avant tout et ce n’est pas facile. Mais oui il faut que je retrouve des bases saines sur mon alimentation.

  2. Majestueux ce mont Rainier (presque aussi haut que le Mont Blanc), et sympa la rencontre avec tes petits copains à quatre pattes, par contre, le dessert fait maison se passe de commentaires….!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *