|

23.05 mile 872,2 à 883,5

Stop, on se calme, j’en vois déjà qui disent « mais c’est facile à faire ça », alors laissez moi vous expliquer la journée et on en reparle dans les commentaires. Ce matin nous sommes partis à 4h car nous pensions avoir une journée facile avec quand même 3400 feet…

Nous avons commencé par un water crossing très tôt après le départ. Le jeu des water crossing consiste à se faciliter la tâche, trouver des pierres, un arbre en travers, un pont, … pour le coup là c’est un tronc et comme John n’arrivais pas à le passer debout, je lui ai proposé de s’assoir. Cela veut également dire que je suis passé et que je suis revenu en arrière, et ce que vous voyez n’est qu’une petite partie de la traversée. Mais tout s’est bien passé même si il y en a qui ont versé une larme.

Les déplacements ne sont quand même pas très simples, monter et descendre des paquets de neige, traverser les rivières, du coup même si il n’y a pas de dénivelé sur le chemin, on en fait quand même.

Et comme nous sommes en dessous de 8000 feet, nous avons la chance par moment d’avoir le chemin sans neige, par contre pas sans eau car il draine toutes les eaux de fonte.

Les première lueurs du jour arrivent et je ne m’en lasse pas.

Très vite le soleil reprend ses droits, vous avez remarqué que depuis le début de la Sierra je ne vous parle que de beau temps : en fait nous sommes partis au bon moment.

Ensuite nous traverserons une grande forêt qui par endroit sera très pentue mais ce ne sera rien par rapport à ce que arrive.

En descendant nous passons une grosse bosse de neige et en dessous une magnifique source d’eau qui sort d’une souche d’arbre déraciné.

Nous arrivons à Mono Creek que nous allons pouvoir traverser avec un vrai pont et heureusement vu le bouillon qu’il y a dessous.

Celui-ci au moins n’est pas parti avec les dégâts de l’hiver. Mais il reste à traverser, 0,7 mile plus loin un de ses affluents qui ne sera pas si petit que cela.

Encore une fois nous nous déplaçons sur un sentier sec mais cela ne dure que quelques dizaines de mètres.

Arrive ma deuxième traversée et en cherchant un peu nous trouvons un beau tronc d’arbre en travers de la rivière qui elle aussi a un beau débit. Donc nous nous en sortons avec une frayeur pour certains et un grand soulagement pour les autres. A la sortie de cette épreuve un espace propice à une pause nous permet de faire la pause déjeuner, il est 10h. Ensuite je pars tout seul pour commencer à ouvrir le chemin devant.

L’environnement est magnifique et ce mixte pierre et neige ne me déplaît pas du tout car il me permet de me laisser libre court à mon imagination quant au choix du chemin.

Le chemin va vers le fond de la vallée avant de remonter à gauche. Nous savons que nous allons avoir 2 rivières importantes à traverser ce qui peut être un peu angoissant, mais on verra cela quand ça arrivera.

En attendant je ne boude pas mon plaisir à observer les rivières qui parfois apparaissent au détour d’une forêt ou d’une grande étendue de neige comme ici. L’eau y est limpide.

La première rivière passe très bien car nous allons trouver un pont de neige de qualité. Par contre nous la traversons avant de pouvoir rejoindre le chemin sur l’autre versant mais ce n’est pas grave, la montée sera un peu plus scabreuse. Mais ce n’est qu’un début car le gros morceau arrive.

Le voici avec une largeur très importante par rapport à la normale et de là où je prends la photo en fait je suis sur la neige mais une partie de la rivière passe dessous de moi. C’est là qu’il convient de faire attention.

Par miracle, il reste un pont de neige qui me semble pouvoir tenir au passage du groupe. C’est mon côté calcul qui ressort ici en regardant les épaisseurs, les largeurs et la présence des fissures. Par contre avant de poursuivre, je demande l’avis des personnes qui sont avec moi, est-ce qu’elles sont prête à passer et surtout à continuer en face ? Je peux faire une analyse de risque pour le groupe mais après c’est chacun qui voit pour lui. Et je peux vous dire que le pont c’est une chose mais la pente derrière c’est encore pire…

A la sortie du pont la vue sur le rivière qui descend est très belle avec la perspective et le fond de vallée qui l’attend. Quand nous l’avions vu du bas, le groupe m’avait dit on monte et l’on verra bien si l’on peut passer. Une fois en haut maintenant il faut sortir de là. Donc je continue mon travail de premier de cordée (sans corde) et aidé en cela par Nicola qui a des compétences sur la montagne. C’est toujours plus facile de s’appuyer sur un autre avis dans ce cas là.

En montant la rivière devient cascade puis toboggan comme ici.

La vue panoramique n’est pas à oublier également. On en prend vraiment plein les yeux. D’ailleurs en parlant de cela on a appris qu’une personne était sortie à Kearsarge Pass pour Bishop avec une cécité du à la réverbération du soleil sur la neige.

Voici une dernière image qui donne bien l’impression de pente qu’il y a et du coup le travail pour ouvrir le chemin pour le groupe. Nous terminons en haut dans un espace tout plat qui nous permettra d’avoir un très beau campsite.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *