|

10.06 mile 1045,4 à 1061,7

Ce matin nous sommes partis alors que la pluie est tombée une partie de la nuit et que la menace c’est que nous ayons de la pluie en début d’après-midi. Point important comme nous le verrons plus tard. Objectif de la journée campsite à 13,4 miles ce qui n’est pas très engageant mais nous avons vu que nous pouvions le faire évoluer au cours de la journée.

Nous partons donc avec quelques nuages au dessus de nos têtes mais pas de pluie pour l’instant. Vous remarquerez que la neige est bien toujours présente et qu’elle n’a pas disparu pendant la nuit. 😉

Le soleil se lève magnifié par les nuages présents. Nous n’en manquerons pas sur toute la journée.

Aujourd’hui nous allons faire 4 bosses plus ou moins importantes pour un total de 2700 feet.

Voici notre deuxième bosse qui approche, avec une qualité de roche vraiment pas bonne mais surtout ce qui est marrant c’est que ce sont les sommets qui se libèrent de la neige en premier.

Nous passons une route Hw4 pour repartir de l’autre côté mais ces petites interruptions de la civilisation sont toujours surprenantes pour nous.

Nous pressons le pas car les nuages se fond plus menaçants et l’on sent bien que nous ne terminerons pas la journée sans pluie.

Ceci est un point de vue référencé dans notre application GPS. Vue magnifique sur Upper Kinney Lake mais en fait pour nous ce sera un lac gelé de plus. Par contre la vue sur la montagne derrière est magnifique avec ces particularités géologiques. D’ailleurs nous allons la longer lors de la prochaine montée.

Nous replongeons donc pour mieux remonter encore une fois.

Et voilà ce que cela donne de plus près : le PCT est, en principe, à flan de montagne mais là avec la neige nous ne le voyons pas et en plus nous sommes obligés de faire de grandes traversées qui ne sont pas du goût de tous.

Des fois nous avons la chance de retrouver un chemin pas vraiment sec, mais au moins dénué de neige ce qui est un réel progrès pour nous.

De plus nous aurons des fleurs ce qui ne nous est pas arrivé depuis un moment. Nous avons aussi les odeurs mais pour l’instant internet est encore un peu limité sur ce sujet.

Nous descendons juste en dessous de cette montagne où nous irons déjeuner, après coup je me pose la question de savoir si l’on a bien fait de déjeuner alors que le mauvais temps nous pressait ? En fait oui comme vous le verrez.

De nouveau nous avons ces incroyables montagnes qui nous donnent l’impression qu’elles vont nous tomber dessus à tout moment.

Encore un bout de col, nous en finissons pas..

En fait je m’aperçois que je n’ai pas fait de photos du passage le plus difficile de la journée. Une énorme congère qui barrait le passage du PCT. Une congère de 4 à 5 m de haut qu’il a fallut contourner par le bas et du coup j’ai pris les choses en main pour faire les traversées dangereuses et entre autre les sécuriser. Malheureusement j’ai loupé le premier deuxième campsite qui se trouvait à l’extrémité de la congère. Léna et Mélanie m’ont alors demandé ce que l’on faisait et sans concertation j’ai répondu « et bien on va au 3ieme campsite »… cela n’a pas plu. Mais nous ne pouvons pas toujours faire de la démocratie participative avec le temps que cela prend dans un groupe comme le nôtre et surtout avec l’orage qui gronde au dessus de nos têtes. Ceux qui me connaissent savent que je prends en main et je dirige pour la sécurité du groupe dans lequel je suis. La prochaine fois j’attendrai que chacun ait exprimé son opinion mais dans ce cas il faudra que le beau temps soit largement installé 🤪.

A lire également

6 Commentaires

  1. Ha ha! J’aime beaucoup ta prise de conscience et je te reconnais bien là.
    Et c’est aussi pour cela qu’il est plaisant de partager avec toi.
    Dis donc les water crossings, c’est quelque chose !
    Bises
    Serge

    1. En fait les water crossing ont été facilités par la neige quand on est passé. Il faut bien que la neige nous aide… des fois

  2. Les photos sont toujours aussi belles !
    Dommage pour les odeurs, mais en fermant les yeux 😚, on imagine…
    PS. Pas toujours facile les groupes, mais apparemment, celui-ci a trouvé un bon « manager » (la tête et les jambes) 😉

  3. La neige doit être bien molle si les sommets sont dégarnis et les plantes en fleurs .ça ne doit pas être facile de marcher courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *