|

15.03 – 9ème jour mile 127,3 à 144.

Alors avant de commencer par la journée, je vais commencer pas la nuit dernière. Comme vous l’aurez compris nous avons planté les tentes sous la pluie. Fabien dans un lieu abrité du vent et moi sur le seul qui restait, un peu aux 4 vents… dans la nuit une petite tempête avec vent et pluie s’est déclenchée et je me suis retrouvé à replanter ma tente 4 fois, alors autant dire que jusqu’à 2h du matin je n’ai pas dormi. Ensuite les deux piquets de tente se sont arrachés me laissant libre accès à l’extérieur et à la pluie. Donc en urgence j’ai tout emballé pour aller demander de l’aide à Mike (cf. jour précédent) mais Fabien m’a proposé de m’héberger. Deux dans une tente avec les gros sacs et en plus tout mouillé, je vous laisse imaginer. Du coup au lever, il pleut et il vente donc pas super mais on part quand même.

La pluie…

Je peux vous assurer que même si j’ai choisi d’être là cela donne à réfléchir. Mais petit à petit le moral remonte, je pense à ma famille, aux enfants de l’APEI (cf. l’article sur ALPHI), mais aussi à toutes les personnes sur ce trail qui sont avec moi. Dans ces moments il faut aussi organiser les choses, comment manger avec la pluie, ne pas oublier de boire, aller faire ses besoins naturels mais ce n’est pas facile j’ai aussi les doigts complètement engourdis avec le froid.

Une éclaircie

Mais en fait en s’éloignant nous nous éloignons aussi de la pluie et du coup petit à petit nous retrouvons le soleil. Ceci est important car n’oubliez pas que je dois faire sécher toutes mes affaires. Ce sera chose faite et donc un bon boost pour le moral, je ne m’imaginais pas me rendormir dans du mouillé ce soir.

Le chemin continue

Le plus drôle dans l’histoire c’est que je dors pas nu mais avec un tee-shirt et dans la précipitation hier au soir je l’ai perdu. Pas de crainte je l’ai retrouvé ce matin il était sous mon tee-shirt de randonnée mais je l’avais oublié.

Citerne en béton

Je vous ai déjà montré l’eau que nous buvons et bien voici une citerne dans laquelle on peut puiser mais depuis quelques années il semble qu’il y ai une bête morte dedans alors je n’ai pas goûté.

Le chemin peut aussi donner le vertige à certain, mais pas à moi. 🙂. Pour le reste j’avance bien mais sans précipitation pour ne pas me blesser et surtout laisse le temps à l’ouverture des portions qui sont fermées. Le site de bivouac est magnifique mais encore un peu venté. A bientôt sur le site même si les articles n’arrivent pas aussi vite que je les tape mais il n’y a pratiquement pas de réseau.

A lire également

8 Commentaires

  1. La pluie, le vent, les nuits pas terribles, l’humidité, les bébêtes mortes dans les citernes, ça y est, tu entres dans le vif du sujet !! Tiens bon ! : les jours plus « ordinaires » sont plus fréquents et de ce côté-ci on marche avec toi !

  2. Voila un temps de Normand !! Mais au US tout est toujours plus grand …
    On t’accompagne 🐸

  3. Bien au chaud sous la couette on imagine…
    mais tu as une sacrée volonté et certainement un moral d’acier, alors continue à marcher pour nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *